Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for juillet 2013

Chers Amis,

Pour tous ceux qui n’auraient pas vu mon article précédent (il y a eu un léger problème de transmission dirons-nous), revoici le lien :

https://cercle-esthetique-et-philosophique-wildien.com/2013/07/30/desirs-volupte-a-l-epoque-victorienne/

Jean BERAUD - Un Figaro de Rêve

Jean Beraud. Un figaro de rêve.

Publicités

Read Full Post »

desirs 1

Collection de Perez Simon

Le site / blog suivant : http://www.nouveau-paris-ile-de-france.fr/evenements-paris/expositions/desirs-et-volupte-a-l-epoque-victorienne-alma-tadema-leighton-burne-jones…-314803.html

vous indiquera ce qu’il ne faudra sous aucun prétexte manquer entre Septembre 2013 et Janvier 2014.

Décidément les esthètes et le mouvement esthétique victorien est en vogue !

Cliquez ici pour vous rendre sur le site principal Jacquemart-André :

http://desirs-volupte.com/

desirs 2

Collection Perez Simon.

Read Full Post »

index wilde 1

Oscar Wilde

Chers Amis,

Mes deux ouvrages philosophiques consacrés à l’œuvre d’Oscar Wilde, viennent enfin d’être imprimés chez l’Harmattan.

Une réflexion que j’ai développé pendant quelques années et que j’ai retravaillé pour les besoins de l’éditeur. Je les en remercie par avance, puisqu’ils ont toujours été courtois et soigneux également…!


Voici donc les deux tomes
: 1 ) Oscar Wilde : Une philosophie de la provocation

Et 2) Oscar Wilde : Une esthétique de la tragédie.

couverture publication wilde

SACHEZ QUE VOUS POUVEZ LES COMMANDER DES A PRÉSENT, MAIS ILS NE SERONT COMMERCIALISES QU’A LA RENTRÉE DE SEPTEMBRE 2013 !

les liens : http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=40906

Et celui-ci : http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=40907&razSqlClone=1

J’en reparlerai donc avec un plaisir légitime !

N’est-ce pas cher Oscar ?

images Wilde 2

Read Full Post »

Gilbert Victor Gabriel

Gilbert Victor Gabriel

CHERS AMIS,

Le projet de la « Nuit des Esthètes » suit son cours, avec une organisation plus efficace et qui fait appel à des sponsors stimulants.
La seule chose à faire est d’aller sur ma page Facebook, et de cliquer sur « J’aime » . Plus il y en aura, plus cet évènement prendra de l’ampleur dans de bonnes conditions !

MERCI INFINIMENT A TOUS !

Lou FERREIRA

lou_14_07_2012 037

Lou FERREIRA. Photo Martial T.

Read Full Post »

Carl Vilhelm Holso - Woman Reading at a Sunlit Window

Carl Vilhelm Holso – Woman Reading at a Sunlit Window

Chers Amis,

Je viens de recevoir la dernière LETTRE (N°9 de JUILLET 2013) de la Société des études dixneuvièmistes. Leurs projets universitaires, leurs recherches littéraires sont fondamentales pour chacun de nous, passionnés du XIXème siècle.

Ils méritent vos encouragements, votre adhésion parce que vous y puiserez tout ce qui pourrait inspirer vos projets et vos idéaux.

Voici la page d’accueil et les mises à jour à consulter pour votre plaisir :

http://etudes-romantiques.ish-lyon.cnrs.fr/presentation.html

A très bientôt, et passez du bon temps avec nos amis Beardsley et Pierre de Bonneuil ! (voir les deux derniers articles).

LOU FERREIRA

Rebecca Solomon - A Fashionable Couple-1854

Rebecca Solomon – A Fashionable Couple-1854

Read Full Post »

Aubrey Vincent BEARDSLEY - Herodias et Salomé

Aubrey Vincent BEARDSLEY – Herodias et Salomé

Chers Amis,

Une promenade dans l’Art Nouveau avec le jeune Aubrey Beardsley (disparu à l’âge de 25 ans de la tuberculose) : du génie, de la passion et une inspiration en hommage à la « Salomé » de Wilde qu’il nous est difficile d’oublier aussi…

J’aimerais connaitre les références exactes de ce court film de 2 mns 30 :

Et voici deux sites très intéressants sur l’Art Nouveau et sur Aubrey Beardsley : Vous y trouverez une biographie en Anglais nécessaire pour approcher l’oeuvre de l’auteur. Merci à tous pour ce travail !

http://beardsley.artpassions.net/

ET PUIS :

http://lartnouveau.com/artistes/autres_pays/beardsley.htm

Belle détente à tous !

LOU FERREIRA

aubrey beardsley

Aubrey Beardsley

Read Full Post »

PIERRE   De Bonneuil - Oscar Wilde

Portrait de Wilde par Pierre de Bonneuil


Chers Amis,

j’ai eu l’occasion d’évoquer sur ce site, la pertinence et la délicatesse des propos de Pierre de Bonneuil, dès qu’il s’agit de rappeler la pose et la prose des dandies d’excellence.

A priori, cette expression pourrait surprendre parce qu’elle semble ne rien signifier de précis… Pourtant, Pierre de Bonneuil évolue avec une conjugaison de rigueur et de bonheur nécessaire à chaque portrait qu’il nous propose, et 2014 verra la publication de deux ouvrages sur le Dandysme (entre autre… Mais shut …)

Evidemment, Oscar Wilde demeure dans son « sillage », (ne serait-ce que par la qualité de son trait offert ci-dessus), et aujourd’hui, il nous propose de rappeler les circonstances qui ont tenté Oscar Wilde vers la Franc-Maçonnerie.
La journée est belle sur les bords de Loire, prenez un thé, et lisez le texte ci-dessous :

« Oscar Fingal O’Flahertie Wills Wilde (qui a abandonné ses autres prénoms en 1877 ) est né à Dublin, en Irlande, le 16 Octobre 1854 et dès le plus jeune âge a montré toute la promesse de devenir un universitaire impressionnant. En 1871, il a été admis au Trinity College, à l’université de Dublin et a remporté une bourse qui l’a mené directement de l’Irlande au Magdalen College, à Oxford, en Octobre 1874. Il avait à peine 20 ans.
Diverses personnes ont influencé son avenir à bien des égards. Parmi eux se trouvaient Walter Pater, John Addington Symonds et John Ruskin. Il était aussi en bon terme avec le prince Léopold, sixième fils de la reine Victoria, et cette connaissance encouragea son introduction à la franc-maçonnerie.

PIERRE  Installation du Prince Leopold

Installation du Prince Leopold

Le prince Léopold était un maçon accompli. C’était le prince de Galles, futur roi Edouard VII, qui avait proposé, en 1874, le Prince George Duncan Albert Léopold, duc d’Albany pour l’initiation à l’Apollo University Lodge n ° 357, alors qu’il était encore étudiant à Christ Church. En 1875, il a été nommé Vénérable Maître de la Loge et Grand Maître Provincial pour Oxfordshire.
Oscar Wilde se serait senti en terrain familier quand son collègue John Edward Courtenay Bodley s’approcha de lui, en vue de rejoindre l’Apollo University Lodge n ° 357. Bodley a été très impliqué dans l’administration maçonnique. Il était le responsable de plusieurs bals et a été nommé secrétaire junior de l’Apollo Lodge University, directeur des cérémonies de la Churchill Lodge et devint plus tard le Grand Secrétaire de la province de Oxfordshire.

Le 16 Février 1875, ce cher Wilde a été proposé à l’Apollo University Lodge par Sinclair Frankland Hood du Magdalen College et appuyé par John Edward Courtenay Bodley. Le scrutin s’est déclaré en sa faveur. Dans son journal, Bodley écrit: Williamson & Wilde – déjeuner à la Mitre. W. a été subjugué par les symboles. 3 ème degré …
Voici des échanges qui correspondent à la première cérémonie de sacrement :
Vénérable Maître : Quel est le mot ?
Premier Conspirateur : Nabat …
VM : La réponse ?
2e C : Kalit …
VM : Quel heure est-il ?
3e C : L’heure à souffrir …
VM : Quel jour ?
4e C : Le jour de l’oppression …
VM : En quelle année ?
5e C : L’année de l’espoir …
VM : Combien sommes-nous ?
4e C : dix, neuf et trois …

PIERRE  Certificat Maçonnique de Wilde

Certificat Maçonnique de Wilde

La carrière maçonnique d’Oscar Wilde couvrit une période de quatre ans. Elle était comme une seconde nature de son caractère. Il était fasciné par les degrés.
Les Officiers portaient un ensemble promu par le jeune étudiant : culotte courte, queue de pie, cravate blanche, bas de soie et des chaussures comme ils l’ont fait pendant deux siècles.

PIERRE  Photographie de Wilde en tenue Maçonnique

Photographie de Wilde en tenue Maçonnique

L’ordre semble aussi avoir mis en évidence la série des dépenses qui causa une certaine gêne. À trois reprises, il a été convoqué devant la Cour du chancelier où l’action a été intentée contre lui pour non-paiement de dettes. Elles impliquaient l’achat d’insignes maçonniques.

En mai 1897, Robert Ross lui demanda – dans une lettre – s’il avait rencontré des francs-maçons en prison, à laquelle Oscar répondit :
Yes, it was very terrible. As I was walking round the yard one day I noticed that one of the men awaiting trial was signaling to me by Masonic sign. I paid no attention until he made me the sign of the widow’s son, which no mason can ignore. He managed to convey a note to me. I found he was in for fraud of some kind and anxious that I should get my friends to petition for his release. He was quite mad, poor fellow. As he would always insist on signaling and I was afraid the warders would get to notice it, I persuaded Major Nelson to let me wear black goggles until he was convicted and sent to Portland.


Une version alternative se trouve dans le livre de Robert Sherard – The Real Oscar Wilde – publié en 1917
:

It was toward the end of my time and one day as I was walking round and round the prison yard at stranger to me. I could see from his clothes – he was not in prison dress – that he was a prisoner on remand. I took no notice of him at first because at the time I was on the Governor’s good books, Major Nelson had been very kind to me and I did not want to get reported for communicating with another prisoner in the exercise yard. It is a grave offence,. I had been punished once before. But when he had again attracted my attention he made that Masonic sign to me which is known as The Sign of the Widow’s Son. Which is an appeal from one brother mason to another when in direct distress which cannot be disregarded under any circumstances and must be responded to.

So I was obliged to respond to the man and very fortunately escaped attracting the attention of the warders, but I was determined not to run the risk again, especially as it was quite out of my power to help the brother mason. I asked to see the Governor after I got back to my cell and I told him how I was placed between my desire not to break the prison regulations and my pledged duty to my order. I did not, of course, indicate in any way who was the man who had signalled to me. And a ruse was decided upon. If my eyes were bad and I couldn’t see well I could not be expected to respond to Masonic signals.

So next time I went out to exercise I had been fitted by the prison doctor with a pair of dark blue goggles, and after that the man left me alone. »

Ce manuscrit est dédié à Lou Ferreira, Michel Setan et Daniel Salvatore Schiffer.
© Pierre de Bonneuil – 2013.

AVEC NOS REMERCIEMENTS

LOU FERREIRA

lou 3

Read Full Post »

Older Posts »