Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for avril 2013

PHOab21225a-962d-11e2-819a-0195ed6cd72c-805x453

Mathieu Bisson, Marlyne Fontaine, Mathilde Bisson et Arnaud Denis: des acteurs au jeu savoureux. Crédits photo : Photo Lot

Bien que le mot « sérieux » sonne moins agréablement que celui de « constant » à mon oreille wildienne, je comprends toutefois l’idée de multiplier les sens, proposée par Jean Marie BESSET. Les critiques sont quasi unanimes : cette adaptation est un régal, une réussite sur tous points et le succès est total !
Certes les adaptations de cette célèbre pièce -qui se jouait alors que Wilde perdait son procès- sont considérables : elle est montée presque chaque année depuis sa création, et dans le monde entier…


Voici la critique intéressante du Figaro.fr d’Armelle Héliot :


« Il y a plusieurs façons de traduire le titre de l’une des plus célèbres comédies du grand auteur qu’est Oscar Wilde. The Importance of Being Earnest est un jeu de mots qui a toujours avivé l’esprit des traducteurs: «Constant» est le plus courant, mais Anouilh avait choisi «Aimé». Voici que Jean-Marie Besset, lecteur scrupuleux, préfère «sérieux»… On perd un prénom pour une précision de sens… Dans le texte établi par le directeur du Théâtre des 13 Vents, centre dramatique de Montpellier, on peut dire que l’allégresse spirituelle et caustique d’un Sacha Guitry est tressée à une rigueur, une lucidité presque sévère digne de La Rochefoucauld.

C’est l’un des grands intérêts de la production. Dans des décors qui permettent une belle liberté de mouvement, des costumes dans le ton de l’époque (la pièce fut créée en 1895 à Londres), Gilbert Désveaux, qui signe la mise en scène, s’appuie sur une distribution de qualité. Évidemment, avec ce chef-d’œuvre, une tradition s’est installée: un homme incarne Lady Bracknell. Ici, c’est le délicieux Claude Aufaure qui est naturellement bon et il donne une autorité et une malice à la Jacqueline Maillan à cette maîtresse femme! Et en révérend Chasuble, il est aussi très bien.

L’intrigue repose sur les deux couples: deux garçons dont l’un, Jack (Mathieu Bisson, très bien), s’invente un frère, servant ses déplacements en ville et l’autre, Algernon (irrésistible Arnaud Denis) endosse cette identité imaginaire ; deux jeunes filles, Gwendolen (la charmante Marilyne Fontaine), Cecily (craquante Mathilde Bisson) qui rêvent d’épouser un «Earnest», un garçon sérieux, et c’est justement le prénom du fantôme… On savoure le jeu enlevé et précis des interprètes qu’il faut tous louer. Ils ont trouvé exactement le juste ton… »

L’Importance d’être sérieux. Théâtre Montparnasse31, rue de la Gaîté (XIVe). Tél.:01 43 22 77 74. Horaires:20 h 30 du mar. au sam., dim. à 15 h 30. P laces: de 18 à 48 €. Durée: 1 h 45. . Jusqu’en juillet.

Courez-y !

Lou FERREIRA

wilde 7

Publicités

Read Full Post »

Image

Ramon Casas. Au théâtre.

Chers Amis,

C’est parce que je travaille sur une pièce liée à Nietzsche depuis quelques mois déjà, que je me tiens au courant de toutes les actualités liées à ce philosophe révolté et fondamental pour le courant de pensée qu’il va inaugurer au XIXème siècle.

Et la belle idée de l’incarner au théâtre est venue de deux philosophes justement : Francis Marfoglia et Bruno Roche. Un article de Martine Piazzon sur le site internet FROGGY’S DELIGHT résume avec style ce qui vous attend si vous avez la belle idée d’aller admirer le travail de Marie Véronique Raban, avec Bertrand Monbaylet dans le rôle de Nietzsche et Pierre Hentz dans celui de Monsieur Paul.

Image

Lisez ceci :

 » Francis Marfoglia et Bruno Roche, tous deux agrégés de philosophie, envisagent une nouvelle façon de faire de la philosophie, « une façon qui n’exclut pas les livres mais les prépare et les introduit » selon le concept d’un « théâtre-philo » qui opérerait une « mise en vie » des philosophes tout en présentant leurs réflexions et théories.Dans ce cadre, ils ont écrit à quatre mains un opus mettant en scène Friedrich Nietzsche, l’auteur, entre autres, de « Par-delà bien et mal », « Ainsi parlait Zarathoustra » et « Le gai savoir », alors interné suite à une atteinte neurologique d’origine syphilitique qui le plongera dans la démence, et deux personnages fictionnels afin de livrer un épitomé de la pensée nietzschienne relative au fameux apophtegme « Dieu est mort » et à la notion de « surhomme ».
A cette fin, ils confrontent le philosophe allemand à l’exercice de la vulgarisation avec le personnage de l’infirmière et à celui de la controverse avec le malade qui a mis en sa pratique sa théorie de la liberté.Mission accomplie pour les auteurs qui parviennent à faire entendre de manière claire et intelligible, tant pour le spectateur non averti que pour celui féru de la chose philosophique, un propos érudit qu’il s’agisse des trois métamorphoses de l’esprit, du bonheur dyonisiaque ou de la mort de Dieu ne constitue pas une entreprise de désespérance mais de lucidité pour s’extraire de la déploration et du recours à une foi consolatrice pour ramener l’homme à l’homme.
Et challenge réussi pour Marie Véronique Raban qui, avec une mise en scène qui évite les écueils tant du didactisme que de la pontification, garde le cap sur la représentation théâtrale et assure une belle direction d’acteur avec des comédiens qui jouent au diapason.
Sur le plateau où quelques meubles reconstituent un lieu unique, celui de la chambre de Nietzsche, Marie Véronique Raban incarne avec justesse la compassion humaniste de la garde-malade et Pierre Hentz apporte au « disciple » une bienvenue couleur tragi-comique.
Dans le rôle titre, Bertrand Monbaylet assure une composition époustouflante qui sans ressortir totalement au mimétisme traduit la gestuelle agitée d’un homme à la dérive qui est encore un peu ici et maintenant mais déjà ailleurs, le regard à la fois perçant du voyant et celui égaré du dément et les fulgurances d’un esprit qui brûle ses dernières cartouches.

Martine Piazzon.  »

ET LES DATES :

NIETZSCHE
De Bruno Roche et Francis Marfoglia
Mise en scène Marie Véronique RABAN
Avec
Bertrand MONBAYLET dans le rôle de Nietzsche
Pierre HENTZ dans le rôle de Monsieur Paul
Marie Véronique RABAN dans le rôle d’Ariane, l’infirmière
THEATRE du NORD OUEST
13, rue du Faubourg Montmartre 75009 – ¨PARIS
Prix des places TR 13€ Tarif 23€ Billetreduc 10€
DATES

à 20h45

Jeudi 11 Avril 2013 PREMIERE
Mercredi 17 Avril
Mardi 23 Avril
Jeudi 25 Avril
Mardi 30 Avril

Jeudi 2 Mai
Mercredi 8 Mai
Mercredi 15 Mai
Mercredi 22 Mai
Mercredi 29 Mai

Mercredi 5 Juin
Dimanche 9 Juin
Samedi 15 Juin
Mercredi 19 Juin DERNIERE au TNO

Image

A très bientôt !

Lou FERREIRA

 

Read Full Post »