Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘« les élégies de duino’

Lou Salomé. Photo extraite du site / blog : cafegradiva.ro

Chers Amis, avant de retrouver les œuvres de certains d’entre vous et des sociétés de réflexions littéraires et philosophiques fin-de-siècle, je souhaitais aborder cet auteure majeure de la fin du XIXème siècle et de l’entre-deux guerres : Lou Andréas Salomé.
Les biographies, je les accumule, je les relis avec le temps. Elles se complètent et reflètent surtout ce que les biographes aiment ou ne comprennent pas de cette femme hors-du commun.
Je ne vais pas à mon tour, rajouter quelques mots complémentaires (ou superficiels) sur le travail de pensée de cette femme de caractère, mais vous proposer une biographie empruntée au site original :
index.aspx

Ils nous présentent cette approche de Lou Andréas Salomé et elle me semble digne de confiance :

Lou Andréas-Salomé (1861-1937). Photo extraite du site / blog : friedrichnietzsche.de

« Lou Andréas-Salomé est née en 1861. Elle est la fille du Général Gustav Von Salomé et d’une femme délicate et fine, qui a mis au monde avant elle cinq garçons. Elle vivra toute son enfance dans le bâtiment d’état major à Saint Pétersbourg. Elle se mariera en 1887 avec le professeur Andréas, professeur d’études orientales à Berlin ; de cette union elle dira : « face à face », mais plutôt « dos à dos ». … mariage étrange qu’elle ne sait pas véritablement expliquer : contrainte ? acte d’amour ? impératif intérieur ? acte irréparable ? Le dernier chapitre de « Ma vie » semble exprimer tout ce questionnement.

A l’âge de 17 ans, Lou Salomé choisit comme père spirituel, Hendrick Adolph Gillot, pasteur hollandais de Groningen et attaché à l’ambassade hollandaise à St Pétersbourg. De lui, elle apprendra la pensée rigoureuse et elle dira dans « Ma vie » :

« Je voudrais révéler ici une chose étonnante : ce genre de travail intellectuel me donnait surtout l’impression d’accomplir une tâche féminine, alors que tout ce qui touchait à la poésie me semblait spécifiquement masculin, c’est pourquoi mes personnages féminins sont vus la plupart du temps, avec les yeux d’un homme. Cela remonte au début de mon adolescence : la pensée abstraite à laquelle mon ami m’initia était indissociable de l’amour que j’avais pour lui en tant que femme, tandis que ce qui stimulait l’imagination se heurtait à son interdiction et ne pouvait se libérer de cet assujettissement que par une attitude de défi toute masculine. »

Le Pasteur était déifié par Lou Andréas-Salomé ; mais ce mythe sera brisé par une proposition en mariage, en 1880, qu’elle refusera bien sûr, et qui provoquera son éloignement.

Lou A. Salomé . Photo extraite du site / blog : leseditionsdeminuit.com

Le pasteur Gillot avait orienté Lou Andréas-Salomé vers l’occident. Après St Pétersbourg, elle se dirigera donc vers Zurich où elle fréquentera l’université ; puis, malade, vers l’Italie où elle rencontrera Malwida Von Meysenburg, femme de Lettres et sorte de Mécène, qui avait conçu l’idée bizarre de fonder un monastère pour « Esprits libres »; par son intermédiaire, elle commence ses longues amitiés avec les hommes… « La différence entre femmes est essentiellement quantitative, et entre hommes qualitative. » (in Eros)

Amitié avec Paul Rée (1849-1901), philosophe, auquel elle vouera une affection profonde ; mais son mariage avec Andréas provoquera la rupture : Rée ne supportera pas le partage.

Amitié avec Nietzsche (1844-1900), philosophe, auquel, lui qui est tourmenté par la souffrance, enfermé dans sa solitude, et à la recherche d’un dieu auquel il ne peut renoncer, elle se refusera comme épouse. Une tentative de vie commune, à laquelle tenait beaucoup Lou Andréas-Salomé, vie commune entre Rée, Nietzsche et elle-même, sera un échec (cf. le film de Cavani, en 1977, « Au delà du Bien et du Mal »). Les rapports avec Nietzsche ont été difficiles, mais c’est elle qui, lorsqu’il sombrera dans la folie, se chargera de défendre son œuvre à travers un livre qu’elle intitulera : « Frédérick Nietzsche, d’après son oeuvre ».

F. NIETZSCHE. Photo extraite du site / blog : noteworthy.zasu.us

« L’âme de la femme est une surface, une couche d’eau mobile et orageuse sur un bas-fond. Mais l’âme de l’homme est profonde, son flot mugit dans les cavernes souterraines : la femme pressent la puissance de l’homme mais ne la comprend pas. » Nietzsche  » Ainsi parlait Zarathoustra »

Amitié avec Rilke (1875-1926), poète, avec qui elle découvrira l’amour ; sentiment qui ne l’empêchera pas de le quitter lorsqu’elle comprendra que sa présence à ses côtés sépare l’homme du poète, nuit à son génie.

« Pour la première fois je compris que l’ « oeuvre », qui allait maintenant naître grâce à toi à quel que prix que ce fut, était ton seigneur et maître légitime. Qu’exigerait-elle encore ? Mon coeur s’arrêta de battre, et quelque chose en moi salua les Elégies qui allaient mettre des décennies à naître. » …

Lou Andréas-Salomé « Ma vie »

Les « Elégies de Duino » représentent l’oeuvre majeure de Rilke. Rilke est né à Prague d’un père prétentieux dont le seul désir était d’en faire un militaire haut gradé. Il sera pendant un certain temps le secrétaire de Rodin…Il ne saura sortir d’une grande solitude morale. Avec Rilke, Lou Andréas -Salomé retrouvera l’orient, la Russie, terre natale… ce sera pour elle, une grande joie que ces retrouvailles.

Rainer Maria RILKE. Portrait extrait du site / blog : payingattentiontothesky.com

Amitié avec Freud (1856-1936), médecin, psychiatre, inventeur de la psychanalyse. Elle lui portera l’attention d’une collaboratrice. Avec lui, elle découvrira le concept d’inconscient qui lui faisait défaut dans ses analyses de Nietzsche et de Rilke.

« De fait, le bonheur d’aimer comporte aussi, à côté de ce trop plein qui requiert une détente et semble donc vouloir se débarasser de la libido, le désir toujours insatiable, sans cesse renaissant, qui ne connaît que la soif de la libido – l’insatisfaction constante, que rien ne pourrait apaiser, sinon le degré absolu d’identification avec ce qui, originairement, représentait la totalité du monde, le Moi et le Toi, le physique et le psychique »

Lou Andréas-Salomé « Eros »

Que dire d’autre ? Qu’elle désirait que ses cendres soient dispersées dans la nature à sa mort !!! Et nous finirons par ce mot de Nietzsche lui faisant parvenir « Humain trop Humain » : « Ce livre vous appartient ; aux autres on le donne… ». Elle meurt en 1937…mais restent ses oeuvres…

Lou Andréas Salomé, Paul Rée et Nietzsche. Photo extraite du site / blog : aevigiran.over-blog.com

Esquisse bibliographique

Ses oeuvres littéraires

* Une lutte pour Dieu (Nietzsche)

* Ruth (Gillot)

* Fenitschka (Wedekind – qui lui écrira LULU)

* Frère et soeur (Tausk et Freud)

* La cape magique

* Figures de femmes dans Ibsen

Ses oeuvres philosophiques

* Ma vie éd. PUF (sorte d’autobiographie)

* Eros éd. Minuit

* L’amour du narcissisme éd. Gallimard

* Lettre ouverte à Freud éd. Seuil / Points

* Friedrich Nietzsche à travers ses oeuvres éd. Grasset

* Correspondances – avec Rilke aux éditions Gallimard // avec Freud aux éditions Gallimard //

avec Anna Freud (A l’ombre du père) aux éditions Hachette

Ecrits « à propos » de Lou Andréas-Salomé

* E. F. Peters Ma soeur, mon épouse, aux éditions Gallimard / TEL (première étude de référence)

* Angela Livingstone (directrice du Centre d’Etudes Russes et soviétiques) Lou Andréas-Salomé, sa vie et ses écrits, aux éditions PUF en 1990

* Stéphane Michaud (professeur de littérature comparée) Lou Andréas-Salomé, aux éditions du Seuil en 2000

* Françoise Giroud (journaliste et femme politique) Lou : histoire d’une femme libre, aux éditions Fayard en 2002

* Dorian Astor Lou Andréas-Salomé, aux éditions Gallimard / Folio biographie en 2008

* Michel Meyer ( écrivain, journaliste) Lou Andréas-Salomé, la femme océan, aux éditions du Rocher en 2010

* Elisabeth Barillé (écrivain d’origine russe) Lou Andréas-Salomé : l’école de la vie, aux éditionsdu Seuil / Points en 2010 [cf. le site de France-Culture , émission « Les racines du ciel » du 11/09/2011]

* Isabelle Mons (professeur de littérature comparée) Lou Andréas-Salomé : en toute liberté aux éditions Perrin en Mai 2012 [cf. le site de France-Culture, émission « Le journal de la philosophie » du 04/07/2012]

* Un Album : Yves Simon (artiste) Lou Andréas-Salomé, aux éditions Mengès

Lou Salomé à l’âge de 20 ans. Photo extraite du site / blog : yasamaugrasi.com

********************************************************************************************************

REMERCIEMENTS AU SITE AlivreOuvert.htm

Dont cette biographie succincte est extraite -en dehors de quelques passages exclus, des photos et de mon introduction.

Et pour finir (momentanément), je vous recommande la lecture de cet entretient avec Pascale Hummel, spécialiste de Lou Andréas Salomé sur le lien du site très intéressant de « FABULA.ORG » :
A LIRE !!
document1503.php

BELLE JOURNEE A TOUS !

LOU FERREIRA

Publicités

Read Full Post »