Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘Edmund Blair Leighton’

Peinture extraite de la pièce d’Oscar WILDE « l’éventail de Lady Windermere » : https://www.overdrive.com/media/2019230/lady-windermeres-fan

Chers Amis,

Nombre d’entre vous connaissiez l’existence de mes Salons Littéraires parisiens que j’ai eu le bonheur de créer et d’animer entre 2006 et 2014 dans le quartier latin.

Mais, en reconstruisant une vie privée riche et surprenante en Anjou, il était nécessaire de faire une pause pour vivre et découvrir avec surprise une nouvelle région et une existence pleine de rebondissements et de connaissances intellectuelles et artistiques inattendues.

La rencontre avec des êtres structurants et chaleureux – qui prennent le temps de vivre et de savourer le monde autour d’eux- a été une vraie chance parce que ce sont eux qui ont eu l’idée et la force de me convaincre de reprendre mes Salons Littéraires. Mais il fallait que je pense Paris ou Angers…

Ah…Paris…Vous pensez bien que je me revoyais à Paris !

Mais l’univers angevin s’est imposé avec une telle ferveur et délicatesse conjointes que tout s’est organisé dans un climat bien plus enivrant encore (eh oui…)

Edmund Blair Leighton : the-golden-train

L’enthousiasme des êtres qui ont travaillé avec moi a donc été contagieux et tout est allé très vite :
C’est dans un château du 19ème siècle que débuteront mes nouveaux Salons Littéraires. Il se trouve à Angers même : Le Château des Forges. Les propriétaires sont ravis de nous accueillir tous les deuxièmes vendredis de chaque mois (les samedis sont essentiellement réservés aux sorties familiales en Anjou, d’où ce choix).

Vue sur le Château des FORGES à Angers

Vous allez vous dire que ce sera plus compliqué, moins aisé de se déplacer etc etc… Ce ne sera qu’une question d’organisation. Non seulement Paris est à une 1h30 d’Angers, mais après tout, je songe à tous les amis qui vivent en Province ou à l’étranger et venaient malgré tout (Belgique, Italie, Angleterre etc.). Et puis le cadre sera enfin celui dont je rêvais !

À Angers, l’inauguration aura lieu le vendredi 16 Novembre prochain. Les réservations sont déjà pleines. C’est pourquoi je vous donne rendez-vous le vendredi 14 Décembre 2018 à 19h30 pour le prochain Salon Littéraire. Je définirai très vite le thème de la soirée qui, je pense, vous séduira beaucoup…

Sachez que les châtelains font chambre d’hôtes et que vous pouvez réserver dès à présent au :

http://www.lechateaudesforges.com/reception_chateau_des_forge.html

Surtout prévenez-moi dès que possible -que vous veniez de province, de l’étranger ou de Paris- parce que je ne pourrai pas accueillir sans réservation : liliane-lou@wanadoo.fr

Je vous écrirai bientôt sur ce blog pour le thème de Décembre 2018 puisque le mois de Novembre est une inauguration, vous le savez à présent.

Je vous souhaite une très belle journée d’Automne,

Chaleureusement à tous,


Lou FERREIRA

William John Waterhouse le-jardin-enchanté

Publicités

Read Full Post »

keats 4

John Keats.

Il y a des week-end paisibles chers Amis, où il me semble difficile de ne pas lire un poème de Keats… Surtout en Anglais (même si je ne maîtrise pas cette langue que j’aime). Mais la musicalité des mots, le sens essentiel, et l’imagination me suffisent.

Celui-ci par exemple :


To Hope

WHEN by my solitary hearth I sit,
When no fair dreams before my – mind’s eye – flit,
And the bare heath of life presents no bloom;
Sweet Hope, ethereal balm upon me shed,
And wave thy silver pinions o’er my head.

Whene’er I wander, at the fall of night,
Where woven boughs shut out the moon’s bright ray,
Should sad Despondency my musings fright,
And frown, to drive fair Cheerfulness away,
Peep with the moon-beams through the leafy roof,
And keep that fiend Despondence far aloof.

Should Disappointment, parent of Despair,
Strive for her son to seize my careless heart;
When, like a cloud, he sits upon the air,
Preparing on his spell-bound prey to dart:
Chase him away, sweet Hope, with visage bright,
And fright him as the morning frightens night!

Whene’er the fate of those I hold most dear
Tells to my fearful breast a tale of sorrow,
O bright-eyed Hope, my morbid fancy cheer;
Let me awhile thy sweetest comforts borrow:
Thy heaven-born radiance around me shed,
And wave thy silver pinions o’er my head!

Should e’er unhappy love my bosom pain,
From cruel parents, or relentless fair;
O let me think it is not quite in vain
To sigh out sonnets to the midnight air!
Sweet Hope, ethereal balm upon me shed,
And wave thy silver pinions o’er my head!

In the long vista of the years to roll,
Let me not see our country’s honour fade:
O let me see our land retain her soul,
Her pride, her freedom; and not freedom’s shade.
From thy bright eyes unusual brightness shed –
Beneath thy pinions canopy my head!

Let me not see the patriot’s high bequest,
Great Liberty! how great in plain attire!
With the base purple of a court oppress’d,
Bowing her head, and ready to expire:
But let me see thee stoop from heaven on wings
That fill the skies with silver glitterings!

And as, in sparkling majesty, a star
Gilds the bright summit of some gloomy cloud;
Brightening the half veil’d face of heaven afar:
So, when dark thoughts my boding spirit shroud,
Sweet Hope, celestial influence round me shed,
Waving thy silver pinions o’er my head.

February, 1815.

Poems (1817)

Edmund Blair Leighton

Edmund Blair Leighton

Mes Amis, Vous trouverez sur ces deux sites (français et Anglais), un travail honorable et stimulant pour approcher le poète (en dehors du plaisir des livres eux-mêmes, cela va de soi)…

En Anglais : http://www.john-keats.com/


En Français
(dans la très sérieuse encyclopédie « L’Agora » ) : http://agora.qc.ca/dossiers/John_Keats

Merci à tous…

LOU FERREIRA

Marcus Stone - The End Of The Story

Marcus Stone – The End Of The Story

Read Full Post »