Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘Alfred Stevens’

Alfred Stevens - Jeune Femme Lisant-1856

Alfred Stevens. Jeune femme lisant.

Si Alfred Émile Stevens (1823-1906), peintre romantique Belge, commence par peindre des sujets reflétant la vie misérable des basses classes de Paris, il change de sujet à partir de 1860 et connaît un énorme succès grâce à ses tableaux de jeunes femmes habillées à la dernière mode posant dans des intérieurs élégants. En ce sens, son art est un témoignage de qualité quant aux goûts vestimentaires de la seconde moitié du XIXème siècle en Europe.

Alfred Stevens - The Attentive Listener 1879

Alfred Stevens. The attentive listener. (1879).

Il fait un triomphe à l’Exposition universelle de Paris de 1867 où il reçoit la Légion d’honneur. Son atout sera d’être autant apprécié à la cour impériale de Napoléon III, que dans la haute société ou les milieux artistiques et bohèmes de la capitale. C’est un ami intime de Manet, mais il influencera également James Whistler avec lequel il partagera un enthousiasme pour les estampes japonaises.

Alfred Stevens - Sphinx Parisien

Alfred Stevens. Sphink parisien.

En 1900, il est le premier artiste vivant à obtenir une exposition individuelle à l’École des Beaux-Arts de Paris.

Alfred Stevens - Prête à Sortir

Alfred Stevens. Prête à sortir.

Pour côtoyer la vie et l’oeuvre de ce peintre du XIXème siècle, voici deux liens intéressants :

http://www.latribunedelart.com/alfred-stevens-article002400.html

Et : http://www.mementoproduction.be/site/production-et-distribution-dvd/alfred-stevens-l-homme-qui-peignait-la-femme
Pour tous ceux qui souhaitent se procurer un documentaire à son sujet…

Alfred STEVENS - Femme Elégante Voyant Filer Un Vapeur

Alfred Stevens. Femme élégante voyant filer un vapeur (marrant non ?)

A bientôt !

Lou Ferreira

Read Full Post »

Albert Besnard.

Chers Amis,

Voici un ouvrage qui vient de paraitre aux Editions Parigramme, et qui va certainement vous passionner !
Si le prix semble quelque peu élevé, c’est qu’il s’agit d’un très bel ouvrage de grande qualité, tant par sa forme que son contenu.
Un travail de recherche nécessaire, que l’écrivain Catherine Guigon évoquera à un prochain Salon Littéraire.
Procurez-vous ce petit bijou, et s’il est en plus dédicacé…Alors !

Voici ce que son éditrice m’a fait parvenir pour vous éclairer un peu :

Les Cocottes
Reines du Paris 1900

Catherine Guigon

Dans la vingtaine d’années précédant la guerre de 1914 se déploie dans les cercles fortunés de la vie parisienne un goût immodéré pour l’argent, l’apparence, le luxe, le plaisir, l’extravagance et… les femmes. Une poignée d’entre elles font une entrée spectaculaire dans l’histoire de la galanterie. Elles sont artistes, dévoilant leur corps sur les scènes des récents music-halls ; elles sont séductrices, assez cultivées pour susciter la passion chez les têtes couronnés de l’Europe entière. Elles sont aussi cruelles, vénales et manipulatrices, promptes à dilapider les fortunes que l’on dépose à leurs pieds et à oublier leurs amants sitôt qu’ils sont ruinés.

Sacrées « reines du Paris 1900 », Caroline Otero, Liane de Pougy, Émilienne d’Alençon, Cléo de Mérode, Mata Hari et d’autres moins connues, Clémence de Pibrac, Lina Cavalieri, Lise Fleuron, Marion Delorme… appartiennent à ce demi-monde sulfureux qui alimente les chroniques du temps. Les moindres frasques de ces people avant l’heure sont épiées et commentées. Mieux, elles revendiquent leur situation, cultivent leur image et assument les qualificatifs dont on les affuble : « amazones », « scandaleuses » et surtout « cocottes », un mot d’origine incertaine évoquant à la fois le caquet des coquettes emplumées dans les lieux à la mode et le métier de courtisane.

Dans un Paris s’imposant comme « la capitale des plaisirs », les cercles respectables copient les robes des courtisanes, mitonnent des recettes de cuisine à leur façon et leur attribuent des cabrioles qu’elles n’ont peut-être pas commises… Mais ces cocottes sont avant tout des femmes d’exception, sachant à merveille bousculer les conventions et assurer leur promotion. Représentatives de la sensualité de leur temps mais très contemporaines par leur indépendance, elles ont le sourire enjôleur, la langue acérée et la dent dure… À croquer des diamants. Voilà pourquoi leurs aventures, surtout les plus piquantes et amorales, subjuguent encore.
Journaliste, Catherine Guigon a publié plusieurs ouvrages de reportages aux éditions Géo et Solar et deux romans, Les Mystères du Sacré-Coeur et Le Secret de la Savoyarde, aux éditions du Seuil.

Voir les références ici : argu cocottes

Prenez donc du plaisir et à Lundi prochain pour le programme du Salon Littéraire du Samedi 27 Octobre 2012 !

Lou FERREIRA

Alfred Stevens. Prête pour le bal.

Read Full Post »